Comment utiliser une lance incendie ?

18Sep 2019

 

dans le but d’éteindre un incendie ou petit feu.La lance est en fait rattachée à un tuyau qui amène l’eau depuis le fourgon d’incendie une motopompe. Les lances sont en général dotées de poignées simples ou doubles.

Au 17 ème siècle, il fallait près d’une trentaine hommes pour utiliser une pompe qui propulsait alors un jet d’eau d’un diamètre de trois centimètres à trente mètres de hauteur maximum. Puis,en 1670 a été conçu le tuyau de cuir aux Pays-Bas.

Au 19 ème siècle, la machine à vapeur est apparue. Elle permet de propulser 600 litres d’eau par minute à 30 mètres de haut. A la même époque à New-York, une machine à vapeur permet de projeter l’eau jusqu’ à 46 mètres de haut.

Création des premières lances

Les premières lances ayant vu le jour sont des cônes basiques qui sont creux et composés de laiton. L’objectif est alors de diriger le jet d’eau ( le tuyau en lui même n’est pas rigide et ne peut influer la direction du jet). On cherche aussi à ce que l’eau se déplace plus vite dans le tuyau en lui-même. Les lances contiennent des robinets, qui sont en fait une poignée allant d’avant en arrière, donnant la possibilité d’ouvrir et de fermer le jet.

En France, on se sert en général de quatre types de lances tronconiques  :

  • 100/25, ou lance avec beaucoup de puissance (1000 L/min)
  • 65/18, ou grosse lance (500 L/min) ;
  • 40/14, ou petit modèle de lance (250 L/min) ;
  • 20/7, qui concernent les dévidoirs tournants ou leur utilisation en feu de forêt (125 L/min).

Ce type de lances propose un unique type de jet. Le jet droit ouvert, ou le jet diffusé semi ouvert.

Des lances à débit et jet variable

Ce type de lances prend la suite des premières lances dont nous avont parlé précédemment.

On trouve sur ces modèles de lance moderne le robinet avant-arrière qui permet de régler le débit du jet. Une bague tournante règle la forme que prendra le jet. On retrouve notamment :

  • Un jet droit très puissant, pour arroser la base des flamme ou rabattre celles-ci. Il n’ y a pas de véritable jet bâton car ce modèle de lance n’est pas adapté à cela.
  • Ce qu’on nomme le jet diffusé d’attaque, qui envoie un ensemble de gouttelettes,pour refroidir les gaz de combustion (chaud) se trouvant en haut d’un bâtiment. L’objectif du jet permet de délivrer un gros refroidissement avec le moins d’eau possible. Le but étant de ne pas endommager davantage une habitation, par exemple. Ce jet permet de bénéficier d’une bonne portée et projette des gouttelettes qui absorbent les calories.
  • Un jet diffusé de protection, qui donne un écran d’eau pulvérisée élargi devant le pompier en action. Le but étant que celui-ci soit protégé au maximum de la chaleur si nécéssaire. On se servira de ce jet dans certaines circonstances tel que des feux de bouteille de gaz ou voiture, par exemple.

Les dernières lances arrivées sur le marché sont dotées d’une poignée ergonomique comme sur un pistolet. Ces poignées facilitent la prise en main de la lance, et permet au pompier d’avancer plus vite face au feu.

Plusieurs marques proposent des versions différentes offrant des différences pour régler le débit, avec une bague plutôt qu’une poignée, par exemple.

Les valeurs de pression d’alimentation qui sont apportées par les marques ne prennent pas en compte pas les pertes de charges des tuyaux sous pression. La pression à la sortie de la pompe est supérieure.

Les débits potentiels sont déterminés selon le diamètre de la lance (Si on change la pression au niveau de la lance, cela modifie logiquement le débit):

  • Diamètre 20 mm → De 20 à 150 Litres/Min.
  • Diamètre 40 mm → De 100 à 475 Litres/Min.
  • Diamètre 65 mm → De 285 à 950 Litres/Min.

Des lances à dévidoir tournant

Une lance du dévidoir tournant » ou LDT) est en fait une lance reliée de façon constante à un tuyau semi-rigide qui est lui même enroulé sur un dévidoir fixé au véhicule d’incendie. On se sert de la LDT pour éteindre les petits feux d’extérieur, comme des feux de poubelle.

Celle-ci est apparue en 1895 par le biais du Régiment des sapeurs-pompiers de Paris. La LDT équipait les véhicules de « Premiers secours électrique ». Son diamètre était de 7 cm et elle offrait un débit de 50L/min. Dans les années 1920, le diamètre est alors de 8 cm et le débit monte à 72 L/min. Enfin, à l’aube du 21 ème siècle, la lance est supplantée par une LDJR, qui offre un débit maximal de 150 L/min.

La LDT était encore utilisée pour des feux d’extérieur car elle est facile à mettre en place. Toutefois, son débit est insuffisant par rapport à la chaleur liée à l’incendie et les brigades de pompiers arrêtent progressivement de l’utiliser dans ce cas de figure. Elle engendre des catastrophes avec notamment en France des sapeurs-pompiers décédés dans des feux urbains car ils se servaient d’ une LDT.

Pour conclure

La lance à incendie a connu de nombreuses évolutions à travers les siècles. Son débit a progressivement augmenté et les modèles actuels proposent aujourd’hui de nombreux jets différents, adaptés selon le type de feu et situation rencontrée. Ainsi, le type de lance utilisé sera différent selon qu’on tente d’éteindre un incendie de voiture ou un feu de foret. Pour les petites interventions, on se servira de LDT ( Lances à Dévidoir Tournant ), avec un débit moindre et un diamètre de tuyau réduit.

© 2019, Tous droits réservés